Les Archives Nationales

 

 

  Si les Archives Nationales sont créées avec la Révolution Française, le 12 septembre 1790, et leur rôle fixé le 25 juin 1794 par la loi du 7 messidor de l’an II, l’idée de conserver les archives rattachées à la nation date du XIIème siècle. En effet, le 5 juillet 1194, suite à une bataille l’opposant à Richard Cœur de Lion, Philippe Auguste perd ses archives. Pour faire valoir ses droits royaux, il est dans l’obligation de les reconstituer : ces archives sont aujourd’hui appelée le Trésor des Chartes, et sont conservées aux Archives Nationales, dans l’Armoire de Fer. L’importance des archives pour le bon fonctionnement du gouvernement se révèle ici pour la première fois, et la création des Archives Nationales s’inscrit dans cette idée.

  Parce que les archives peuvent avoir une force probante, et que les citoyen.ne.s ont un pouvoir nouveau dans le fonctionnement de l’Etat, la loi du 7 messidor an II rappelle le principe du libre accès aux archives et exprime la volonté de constituer un réseau national. Les archives de la Nation s’enrichissent des archives des institutions centrales supprimées par la Révolution, des établissements ecclésiastiques,  des émigré.e.s et des condamné.e.s.

  Les Archives Nationales sont très tôt confrontées à un problème d’espace : se trouvant d’abord à Versailles, puis dans le couvent des Capucins, elles occupent ensuite l’hôtel de Soubise en 1808 et l’hôtel Rohan en 1927. Ces différentes migrations s’accompagnent de l’élargissement des fonds, avec les archives des ministères, des notaires de Paris, puis, après la Seconde Guerre Mondiale, avec des archives personnelles, familiales, d’entreprises, photographiques et enfin, des archives numériques

  En 1972, puisque le site parisien (hôtels de Soubise et de Rohan) est saturé, les Archives Nationales investissent les anciens bâtiments de l’OTAN, à Fontainebleau. En 1995, de nouveau face à ce problème, la construction d’un troisième site est envisagée : en 2013, le site de Pierrefitte-sur-Seine est inauguré. Mais à cause de l’état du bâtiment et de sa difficulté d’accès, le site de Fontainebleau est aujourd’hui fermé, ses fonds sont progressivement intégrés à ceux de Pierrefitte et l’éternel problème de saturation se pose bien plus tôt que prévu.

Une réflexion sur “Les Archives Nationales

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s